Accueil

Présentation

Dani

Yali

Momuna

Kobkaga

Korowaï

Notre projet

Contacts

Crédits

DANI, LANI

Bien connues, ce sont deux ethnies très proches partageant la vallée de la Baliem. Les Lani se situent au nord-ouest de cette vallée. Les langues sont différentes, ainsi que les kotéka (étuis péniens) plus fines chez les Dani. La plupart des guides sont de ces deux ethnies.

Situation géographique :
Grande et riche vallée de la Baliem et ses alentours proches, au coeur de la chaîne de Jayawijaya.

Centre démographique et administratif :
Wamena (altitude 1660 m). Aéroport bien desservi. C’est peut-être la seule ville au monde où tout ce qui s’y trouve a été amené par avions gros porteurs. La vie y est donc chère par rapport au reste du pays. Toutes les missions y ont leur siège ici. Casernes militaires. Quelques pistes et routes rayonnent depuis cette ville. Le problème est l’approvisionnement en essence aéroportée en fûts de 200 litres. Depuis une dizaine d’années, une piste de 500 km la relie à Jayapura, la capitale sur la côte nord, mais les éboulements de terrain et les crues la rendent souvent impraticable et elle est peu utilisée. Il y a très peu de travail, car pas d’industrie, à part un peu de tourisme dont les infrastructures sont quasi inexistantes.

A faire, à voir :
Nombreux treks faciles dans la vallée de la Baliem et ses alentours. Il y a encore beaucoup de jolis villages traditionnels. Le trek le plus beau (un peu plus difficile) est sans doute le franchissement du Gunung Eilit, un plateau spongieux à la végétation semblant tout droit issue du Crétacé, perdu dans les brumes à 3600 m d’altitude et formant l’une des frontières naturelles avec le territoire yali.
Certains villages (Jiwika, Meageima) organisent des cérémonies du cochon où celui-ci est tué et cuit à l'étouffée dans un four fabriqué selon la coutume par les habitants du village tous en tenue traditionnelle, ce qui est très photogénique. Lorsqu’il n’y a pas de touriste, il y a surtout des shorts et des T-shirts mais c’est quand même vraiment sympa.
La principale manifestation est le War Festival de Wamena début août où de nombreuses tribus en tenue traditionnelle cherchent à montrer qu'elles excellent dans les activités quotidiennes : tisser des noken (filets à provisions), jouer du pikon (guimbarde de bambou), faire courir des cochons, lancer des sagaies, tirer à l'arc, enlever femmes et cochons... et donc faire la guerre.

Les guides coûtent moins cher si on ne sort pas des territoires dani et yali, mais il est conseillé d’éviter d’avoir à chartériser un Pilatus ou un Cessna 185 des missionnaires car ça coûte 1000 euros par vol de moins d’une heure.

Nourriture :
Vallée de la Baliem facile à  cultiver. Champs nombreux et prolifiques (patates douces, taros, bananes, maïs, canne à sucre, légumes, etc…) permettent à la population d’être correctement nourrie. Nombreux cochons et volailles. Possibilité de goûter au buah merah.

Particularités :
Momies fumées (anciens chefs de guerre ou guerriers particulièrement valeureux). Honaï (huttes rondes) bâties à l'intérieur de cours rectangulaires fermées. Un village comprend la honaï des hommes, une honaï par femme et une cuisine (lieu de vie) collective et rectangulaire. Elle accueille 3 ou 4 feux : un par femme s’il y en a plusieurs et un par enfant marié.

Comment voyager ?

Change

Matériel utile

Langue

Guides

Paludisme

Faune

Pharmacie