Accueil

Présentation

Dani

Yali

Momuna

Kobkaga

Korowaï

Notre projet

Contacts

Crédits

MATERIEL UTILE

Mi-bas en nylon : à chaque pied, on en enfile deux les uns sur les autres avant de les protéger avec une chaussette. Dans la forêt, les pieds étant humides du matin au soir, le nylon contre le nylon élimine tout frottement, donc toute ampoule.

Short de cycliste dont on enlève le rembourrage aux fesses : marcher des heures dans un environnement extrêmement humide provoque immanquablement des irritations à l'aine au bout d'un moment, très gênantes pour marcher. Le short de cycliste est de plus un parfait maillot de bain.

"Kaki tiga" à acheter dans une pharmacie indonésienne : lorsque, malgré les bas en nylon superposés, les pieds ont des bobos ou sont carrément à vif, ils guérissent en une seule nuit grâce à cette pommade magique. Ne pas hésiter à en acheter beaucoup, car ça ne coûte presque rien et les porteurs en auront eux aussi souvent besoin.

Chemise et pantalons légers mais couvrant bien pour se protéger des moustiques le soir et la nuit.

Moustiquaire (uniquement dans les basses terres)

Duvet assez chaud en montagne et très léger dans les basses terres.

Anti-insectes de type Insect Ecran ou CAO pour imprégner le duvet, et uniquement le duvet. Très efficace contre les puces et autres vermines très présentes parfois. Inutile contre les cafards et les sangsues. Seulement, attention, car le produit très polluant interdit tout lavage dans les rivières : celles-ci sont encore parfaitement pures et les écrevisses (qui ne supportent pas la moindre pollution) sont souvent une nourriture nécessaire aux populations, surtout dans la forêt. Quoiqu'il en soit, les tissus imprégnés de ce type de produit ne doivent être lavés que dans des endroits disposant d'un traitement des eaux usées.

Pince à épiler pour enlever les épines (en particulier celles très cassantes du sagoutier).

Crème solaire d'indice élevé (le long des grandes rivières, le soleil tape vraiment fort). En Février-Mars 2008, il faisait 38° tous les jours.

Matelas de sol : quasiment indispensable, tellement c'est inconfortable, que ce soit un lit de feuillage (avec les grosses côtes des feuilles) ou un sol de honaï (aux morceaux de bois irréguliers et disjoints).

Réchauds et gamelles inutiles : les porteurs s'occupent de tout.

Compléments alimentaires : des semaines de patates douces (dans les montagnes) ou de sagou (dans la forêt), ça crée des manques au bout d'un moment, donc une baisse de forme.

Nourriture lyophilisée : ça ne pèse pas lourd et de temps en temps, un plat cuisiné, ça fait du bien.

Barres de céréales : on ne peut pas toujours manger à heures régulières et ça calme les petits creux tout en remettant un peu la pêche si besoin est.

Lampes électriques (frontales ?) étanches de préférence. Si elles sont à dynamo, il y a moins de batteries à transporter et ça fait un cadeau très utile à faire avant de revenir, sans parler de la pollution des piles.

Sacs étanches pour caméscopes et appareils photos (rayons voile ou canyoning des magasins de sport). Un par appareil et un gros paquet de gel de silice au fond de chacun. A défaut, une poignée de riz dans un petit sac de coton fera l'affaire. A faire sécher régulièrement au soleil pour évacuer l'humidité absorbée.

Sacs congélation

Sacs plastiques grande contenance (100 litres)

Plusieurs sac à dos pas trop grands : c’est plus sympa pour les porteurs de pouvoir faire plusieurs sacs plutôt qu’ un seul de 40 kg.

Bouteille thermos à ouverture le plus large possible. On y met toutes les batteries et piles après les avoir emballées dans du film alimentaire et deux mois après, elles sont comme neuves, quelle que soit l'humidité et les amplitudes thermiques. Indispensable dans des endroits où l'électricité est introuvable.
Emballer individuellement les piles et batteries qui ne rentrent pas dedans dans un sac congélation ou du film alimentaire avec un petit paquet de gel de silice. Ce seront les premières utilisées.

Chargeur solaire (150 euros) pour très long séjour.

Deux gourdes : on boit dans l'une pendant que l'eau se purifie (Micropur ou Hydrochlonazone) dans l'autre. Dans les montagnes comme dans les basses terres, on transpire abondamment et il est indispensable de boire énormément sous peine de déshydratation. Et la déshydratation, ça peut ficher en l'air un super voyage. On a des preuves encore vivantes, mais c'était moins une !

Boules quies ou bouchons d'oreilles légers et très utiles lorsque la nuit la pluie est trop bruyante ou lorsque les papous (korowaïs en particulier) parlent trop fort, sans aucun égard pour ceux qui veulent dormir.

Couteau suisse rend bien des services (oter les sangsues, par exemple).

Kit de couture : indispensable.

Paire de jumelles : il y a tant d'oiseaux à observer dans la forêt des basses terres que ce serait dommage de les oublier.

Comment voyager ?

Change

Matériel utile

Langue

Guides

Paludisme

Faune

Pharmacie